Tensions d’approvisionnement vaccin Engerix B®20 : avis HCSP

 

Tensions d’approvisionnement de notre vaccin Engerix B® 20 : le Haut Conseil de Santé Publique (HCSP) définit les populations prioritaires à vacciner contre l’hépatite B

Notre vaccin Engerix B® 20, indiqué pour l’immunisation contre le virus de l’hépatite B chez l’adulte à partir de 16 ans, connait actuellement de fortes tensions d’approvisionnement. Ces difficultés ne sont pas liées à des problèmes de qualité ou de sécurité des vaccins mais à une réduction transitoire de notre capacité de production qui touche l’ensemble des pays, au niveau international, ne nous permettant pas de répondre complètement à la demande de notre vaccin Engerix B® 20 sur l’année 2017.

Durant cette période de tensions et à la demande de l’ANSM, la mise à disposition d’Engerix B® 20 est strictement contingentée au marché hospitalier/collectivités et les vaccins monovalents contre l’hépatite B ne sont plus disponibles en officine de ville. Le Haut Conseil de Santé Publique (HCSP) a ainsi défini dans son avis du 14 février 2017, publié le 2 mars, les populations prioritaires à vacciner contre l’hépatite B (professionnels soumis à l’obligation ou à la recommandation vaccinale ainsi que les patients à haut risque) qui pourront bénéficier d’une prescription médicale pour retirer leur vaccin dans les pharmacies hospitalières autorisées à la rétrocession*.

En France, la politique de vaccination contre l’hépatite B repose sur :

  • La vaccination des personnes à risque élevé d’exposition. Il s'agit notamment des professionnels soumis à la vaccination obligatoire (professionnels de santé…), des patients en attente de greffe, des patients dialysés ou présentant une insuffisance rénale chronique ou encore les personnes amenées à résider en zones de moyenne ou de forte endémie de cette hépatite virale. Les vaccins combinés Hépatite A et B, partiellement impactés par ces difficultés, permettent dans certaines situations (patient nécessitant une vaccination contre l’hépatite A et l’hépatite B, notamment les militaires) de proposer une alternative de vaccination. 
  • La vaccination des nourrissons et le rattrapage des enfants et des adolescents jusqu’à l’âge de 15 ans révolus. La vaccination contre l’hépatite B est recommandée chez tous les nourrissons, selon le schéma vaccinal introduit en 2013. L’utilisation d’un vaccin combiné hexavalent contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche (vaccin acellulaire), la poliomyélite (vaccin inactivé), les infections à Haemophilus influenzae de type b, permet d’immuniser contre ces maladies en une seule injection aux âges de 2, 4 et 11 mois. La disponibilité des vaccins hexavalent permet aujourd’hui la poursuite, sans modification, de la vaccination des nourrissons, selon le calendrier vaccinal en vigueur. 

Afin de répondre à nos engagements, GSK a travaillé en collaboration avec les autorités de santé pour proposer, dans les meilleurs délais, des solutions concrètes aux patients les plus fragiles et/ou relevant des populations prioritaires à vacciner, comme par exemple la réallocation de doses de vaccin disponibles dans d’autres pays... GSK met ainsi tout en œuvre pour satisfaire l’ensemble des besoins et se mobilise pour rétablir cette situation, tout en continuant à respecter les plus hauts standards de qualité. 

Consultez l’avis du Haut Conseil de Santé Publique (HCSP) relatif aux tensions d’approvisionnement de vaccins contre l’hépatite A et l’hépatite B >>

* La rétrocession est la possibilité pour une pharmacie hospitalière d’un établissement de santé de dispenser des spécialités pharmaceutiques à des patients non hospitalisés.