Accès à la santé pour tous

La santé des communautés constitue la colonne vertébrale d'une société solide et pérenne. Pourtant, des millions de personnes n'ont toujours pas accès aux soins de santé les plus élémentaires. Nous voulons contribuer à faire évoluer cette situation. C'est pourquoi nous mettons à profit notre expertise scientifique, nos partenariats et notre rayonnement mondial aux fins de développer et de fabriquer des produits pour les personnes qui en ont besoin, où qu’elles vivent.

L'indice sur l'accès aux médicaments

Depuis sa création en 2008, nous sommes systématiquement arrivés en tête de l'indice sur l'accès aux médicaments (ATM, Access to Medicines), ce qui constitue une reconnaissance de nos réalisations de long terme en faveur de l'accès à la santé. Cet indice, publié tous les deux ans, donne une évaluation indépendante des efforts d'amélioration accomplis en ce sens par les laboratoires pharmaceutiques.

Le classement de GSK [à la première place/en tête de l’ATM] constitue une fantastique reconnaissance de notre engagement continu en faveur de l'accès à la santé au quotidien.

Sir Andrew Witty, CEO

Justin Forsyth, CEO de Save the Children, avec qui GSK a établi un partenariat de cinq ans :

« Nous sommes très heureux que GSK, qui nous aide à sauver les vies d'un million d'enfants, se classe en tête de l'indice. Chercher de quelle manière ses activités peuvent garantir l'accès aux médicaments des enfants les plus vulnérables dans le monde est essentiel pour GSK et constitue une dimension majeure de notre partenariat. Que ce soit à travers la formation des professionnels de santé, la promotion des systèmes de couverture médicale universelle ou le développement de nouveaux médicaments adaptés aux enfants, nous espérons que nos travaux conjoints continueront de transformer la vie des enfants dans le monde entier. »

Meilleur accès aux médicaments et aux vaccins

Nous voulons que nos médicaments et vaccins soient accessibles à tous ceux qui en ont besoin, indépendamment de l'endroit où ils vivent et de leurs moyens financiers. L'adoption d'une politique tarifaire différenciée pour nos médicaments et vaccins, basée sur la richesse et la capacité à payer d'un pays, génère de la valeur pour les patients et la Société au sens large.

Il n'existe pas de solutions simples à la prestation de soins de santé durables dans les pays en développement. Nombreuses sont les personnes qui n'ont pas de quoi satisfaire leurs besoins alimentaires ou n'ont pas accès à une eau potable, pas plus qu'elles n'ont accès à des hôpitaux ou centres de soins pouvant leur apporter une aide professionnelle et des traitements adaptés.

Notre division dédiée à l'Afrique et aux pays en développement, couvrant 50 pays dont toute l'Afrique subsaharienne, a pour horizon de vendre des volumes supérieurs de produits de santé afin que nous puissions en réduire les prix. Dans les pays les plus pauvres, les prix de nos médicaments brevetés ne dépassent pas 25 % des prix pratiqués dans les pays développés. Ce plafonnement des prix est s’applique aux produits traitant les maladies non transmissibles comme l'asthme et la BPCO, ainsi que les maladies infectieuses comme le paludisme.

La flexibilité de notre politique tarifaire peut aider à développer notre activité sur les marchés émergents en augmentant le volume global de nos ventes. Toutefois, proposer des tarifs hautement préférentiels ou sans visée lucrative dans les pays les plus pauvres du monde n'est envisageable de manière pérenne que si nous pouvons assurer une rentabilité suffisante de nos médicaments et vaccins sur les marchés plus développés.

Cela s'avère plus difficile dans un climat économique incertain, lorsque les gouvernements cherchent à contenir les dépenses de santé. Nous avons conscience de cet enjeu et travaillons avec les autorités en Europe et aux États-Unis pour trouver des solutions. Nous nous efforçons de fixer des prix responsables dans ces pays, à un niveau qui reflète leur valeur pour les patients et les payeurs.

Innovation dans nos laboratoires

La découverte et le développement de nouveaux médicaments et vaccins nécessitent un investissement considérable et demandent du temps, en sachant que le taux d'échec est élevé. Par conséquent, si nous voulons continuer à découvrir de nouveaux produits et à les mettre aussi vite que possible à la disposition des personnes qui en ont besoin, nous devons en permanence remettre en question notre manière de faire dans nos laboratoires.

Nous savons que nos chercheurs ne découvriront pas tout seul, en particulier en ce qui concerne le traitement de maladies touchant de manière disproportionnée les pays plus pauvres. Ainsi, nous adoptons de nouvelles démarches propices à l'innovation, en nous tournant vers l'extérieur et en donnant accès à notre expertise, à nos installations et même à notre propriété intellectuelle.

Nous avons ouvert les portes de notre centre de recherche spécialisée en Espagne à des scientifiques extérieurs à GSK, les invitant à collaborer avec nous sur des projets consacrés à la recherche de nouveaux médicaments pour les maladies tropicales négligées. En 2014, nous avons lancé un nouveau « laboratoire ouvert » dédié à une meilleure compréhension des variations des maladies non transmissibles en Afrique.

Avec notre partenaire, la PATH Malaria Vaccine Initiative, nous avons développé un vaccin potentiel contre le paludisme.

Efforts collaboratifs

En collaborant avec des organisations non gouvernementales (ONG), des gouvernements, des universités et d'autres entreprises, nous pouvons faire plus pour les patients que si nous agissons seuls.

Nous sommes partenaires de longue date de l'alliance Gavi, qui finance des programmes de vaccination dans certains des pays les plus pauvres. Les pays éligibles au soutien de Gavi bénéficient toujours de nos tarifs les plus bas, qui parfois ne dépassent pas le dixième des prix pratiqués dans les pays développés. Gavi soutient les pays ayant un PIB par habitant inférieur à 1 570 $. À mesure que les pays se développent et dépassent ce seuil de PIB, ils sortent du système Gavi. Nous nous sommes engagés à geler pendant dix ans le prix des vaccins dans les pays sortants, afin de les aider à poursuivre leurs efforts de vaccination durant cette période de transition.

Nous nous sommes engagés à fournir à l'alliance Gavi plus de 850 millions de doses de vaccin à des prix réduits, afin d'aider à protéger 300 millions d'enfants dans les pays en développement d'ici à 2024. 

Cependant, nous voulons aussi contribuer à améliorer la santé au-delà de nos produits en jouant un rôle de catalyseur du changement. C'est pourquoi nous réinvestissons 20 % des bénéfices réalisés dans les pays les moins développés en vue de renforcer leurs systèmes de santé, essentiellement par la formation des professionnels de santé aux côtés de trois grandes ONG : Amref Health Africa, CARE International et Save the Children. Ensemble, nous avons jusqu'à présent formé 25 000 professionnels de santé de première ligne dans 34 pays et touché plus de 6,5 millions de personnes. 

De plus, en 2013, nous avons formé un partenariat innovant, sur cinq ans, avec Save the Children afin de contribuer à sauver les vies d'un million d'enfants.