Accès à la santé pour tous

La santé des communautés constitue la colonne vertébrale d'une société solide et pérenne. Pourtant, des millions de personnes n'ont toujours pas accès aux soins de santé les plus élémentaires. Nous voulons contribuer à faire évoluer cette situation. C'est pourquoi nous mettons à profit notre expertise scientifique, nos partenariats et notre rayonnement mondial aux fins de développer et de fabriquer des produits pour les personnes qui en ont besoin, où qu’elles vivent.

L'indice sur l'accès aux médicaments

Depuis sa création en 2008, nous sommes systématiquement arrivés en tête du classement sur l'accès aux médicaments (ATM, Access to Medicines Index), ce qui constitue une reconnaissance de nos réalisations de long terme en faveur de l'accès à la santé. Cet index, publié tous les deux ans, donne une évaluation indépendante des efforts d'amélioration accomplis en ce sens par les laboratoires pharmaceutiques

Le classement de GSK en tête de l’ATM Index en 2016 reflète notre engagement continu en faveur de l'accès à la santé dans le monde.

Meilleur accès aux médicaments et aux vaccins

Nous voulons que nos médicaments et vaccins soient accessibles à tous ceux qui en ont besoin, indépendamment de l'endroit où ils vivent et de leurs moyens financiers. L'adoption d'une politique tarifaire différenciée pour nos médicaments et vaccins, basée sur la richesse et la capacité à payer d'un pays, génère de la valeur pour les patients et la Société au sens large.

Depuis 2010, nous plafonnons les prix de nos médicaments et vaccins brevetés dans les pays les plus pauvres, afin qu’ils ne dépassent pas 25 % des prix pratiqués dans les principaux pays européens (Allemagne, France, Espagne, Italie, et Royaume-Uni).

Nous proposons nos vaccins aux prix les plus bas à des organisations, telles que l’alliance pour les vaccins Gavi, qui interviennent dans les pays à faible revenu national brut. Dans les pays à revenus intermédiaires, où de nombreuses personnes vivent dans la pauvreté, notre approche de tarification équitable améliore l’accès à nos produits. Par exemple, en Égypte nous proposons une gamme de prix qui répond aux besoins de tous les niveaux de revenus, avec notamment une réduction du prix des inhalateurs Seretide à destination des patients à revenus faibles et intermédiaires.

Au sein des pays développés, la question du prix du médicament ou d’un produit de santé peut également poser certaines problématiques en matière d’accès. C’est pourquoi nous élargissons l’accès à nos produits sur ces marchés en adoptant une approche souple, tout en assurant le retour sur investissement de nos innovations. Par exemple, aux États-Unis, les six derniers médicaments que nous avons lancés étaient proposés à un tarif identique, voire inférieur à celui des médicaments que nous souhaitions remplacer.

Innovation dans nos laboratoires

La découverte et le développement de nouveaux médicaments et vaccins nécessitent un investissement considérable et demandent du temps, avec souvent un taux d'échec élevé. Par conséquent, si nous voulons continuer à découvrir de nouveaux produits et à les mettre rapidement à disposition des patients, nous devons mener une réflexion permanente sur la façon dont nous travaillons, notamment au sein de nos laboratoires de recherche.

Dans la recherche de nouveaux traitements qui le plus souvent touchent plus fortement les pays les moins avancés (MPA), nous cherchons à privilégier une approche transversale et nous adoptons ainsi de nouvelles démarches qui sont davantage propices à l’innovation ; en nous ouvrant vers l’extérieur, en donnant accès notre expertise, nos installations et notre propriété intellectuelle. C’est ainsi que nous avons fait le choix d’ouvrir les portes de notre centre de recherche spécialisé en Espagne « Los tres Cantos » à des scientifiques extérieurs à GSK. Nous les avons invités à collaborer dans le cadre de nos projets consacrés à la recherche de nouveaux médicaments pour les maladies tropicales négligées.

En 2014, nous avons également lancé un nouveau « laboratoire ouvert » dédié à l’étude des variations des maladies non transmissibles en Afrique.  Cette démarche est essentielle pour atteindre l’objectif fixé par l’Assemblée mondiale de la santé de réduire la mortalité évitable des maladies non transmissibles de 25% d’ici 2025.

Depuis la création de cet « Open lab » il y a 6 ans :

  • 63 projets de recherche ont été menés
  • 50 publications scientifiques ont été éditées et plusieurs pistes de médicaments très prometteurs ont été révélées 

Travailler avec les autres

En collaborant avec des organisations non gouvernementales (ONG), des gouvernements, des universités et d'autres entreprises, nous pouvons faire plus pour les patients que si nous agissions de façon isolée.

Nous sommes partenaires de longue date de l'alliance Gavi, qui finance des programmes de vaccination dans certains des pays parmi les moins avancés. Les pays éligibles au soutien de Gavi bénéficient toujours de nos tarifs les plus bas, qui parfois ne dépassent pas le dixième des prix pratiqués dans les pays développés. Gavi soutient les pays ayant un PIB par habitant inférieur à 1 570 $. À mesure que les pays se développent et dépassent ce seuil de PIB, ils sortent du système Gavi. Nous nous sommes engagés à geler pendant dix ans le prix des vaccins dans les pays sortants, afin de les aider à poursuivre leurs efforts de vaccination durant cette période de transition.

Nous nous sommes engagés à fournir à l'alliance Gavi plus de 850 millions de doses de vaccin à des prix réduits, afin d'aider à protéger 300 millions d'enfants dans les pays en développement d'ici à 2024. 

De plus, en 2013, nous avons développé un partenariat innovant, sur cinq ans, avec l’association Save the Children qui contribue à sauver les vies d'un million d'enfants.

En associant notre expertise, nos ressources et nos compétences, nous contribuons à développer des médicaments adaptés aux enfants, à fournir ces médicaments et vaccins aux enfants parmi les plus défavorisés, et nous formons des milliers d’agents de santé.

Des partenariats d'innovation

Au Royaume-Uni, nous sommes associés au Medical Research Council et à cinq universités dans le cadre du projet EMINENT (Experimental Medicine Initiative to Explore New Therapies). Ce partenariat de recherche dans l’innovation vise à soutenir jusqu’à dix projets de médecine expérimentale sur les maladies inflammatoires, telles que la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) et la fibrose.

Antibiorésistance

NewDrugs4BadBugs est une collaboration public-privé sur l’antibiorésistance tout aussi importante pour GSK. Cette initiative lancée en 2012 par l’Innovative Medicines Initiative, dont nous sommes un membre actif a pour ambition d’aborder tous les points majeurs liés au développement de nouveaux antibiotiques.

En janvier 2016, nous nous sommes engagés au travers d’une déclaration conjointe avec plus de 80 laboratoires pharmaceutiques et de diagnostic internationaux, à collaborer avec les gouvernements et à développer des modèles économiques durables dans le domaine des antibiotiques, qui puissent garantir la pérennité de leur approvisionnement à l’avenir.

Maladie d'Alzheimer et démence

Au niveau mondial, la démence est l’une des premières causes de handicap et de dépendance chez les personnes âgées. La maladie d’Alzheimer est la première cause de démence. Pour faire face à ce défi, nous développons notre modèle d’Open lab. Nous nous concentrons sur nos partenariats public-privé et sur de nouveaux modèles de collaboration.

Nous finançons le Dementia Discovery Fund - fruit d’une collaboration entre des œuvres caritatives, l’industrie pharmaceutique et le gouvernement britannique à hauteur de 17 millions de livres sterling. Il s’agit d’un fonds international conçu pour accélérer la découverte et le développement de nouveaux traitements contre la démence.

Nous participons également aux projets « US Accelerating Medicines Partnership on Alzheimer’s » et à la « UK Dementia Platform » et pilotons le projet PharmaCog de l’IMI visant à développer de nouveaux outils pour tester des candidats médicaments dans le traitement de la maladie d’Alzheimer.

Activités dans les pays placés sous embargo

Opérer dans des pays visés par des lois de sanction tels que Cuba, l’Iran, la Corée du Nord, le Soudan et la Syrie est une source d’inquiétudes pour certains acteurs et représente des difficultés et des risques pour l’entreprise et ses collaborateurs. Si certaines sanctions ont été levées en Iran, d’autres restent toutefois en vigueur. Nous respectons les exigences de divulgation de la loi Iran Threat Reduction and Syria Human Rights Act de 2012. Nous considérons que les personnes doivent avoir accès aux médicaments indispensables, quel que soit le régime de leur pays. Tout en respectant les sanctions en vigueur et les contrôles à l’exportation, nous avons l’objectif de fournir des médicaments et des vaccins à tous les patients qui en ont besoin, ce qui inclue notamment les médicaments indispensables dans les pays visés par des sanctions. Lorsque cela se justifie, nous collaborons avec des organisations internationales telles que l’Unicef ou directement avec les gouvernements pour leur mettre à disposition les médicaments et les vaccins de GSK, en particulier dans les pays qui ne disposent d’aucune autre alternative.